Antoine Rouaud, par Antoine Rouaud

Il y a quelques semaines, nous vous présentions celui par qui notre genre favori va encore gagner en noblesse. Aujourd’hui, c’est Antoine lui-même qui s’adresse directement à vous…

Nous sommes à quelques mois de la parution du premier volume de la trilogie Le Livre et l’Épée. Vous avez donc tout le temps de faire connaissance avec son auteur.

La dernière fois, nous mettions en place le décor. Maintenant, c’est à l’acteur principal d’entrer en scène. Pour ce faire, on a pensé à petite présentation inhabituelle, à mi-chemin entre le portrait chinois et les questionnaires de Proust ou Pivot

_Antoine_Rouaud02-petitAllons droit au but, sans effet de style pour faire genre : je suis auteur. Non. Simple. Antoine, 33 ans.  Ce qui importe de savoir, ce n’est pas qui je suis, mais ce que j’ai fait. Et ce que j’ai fait c’est une histoire qui, je l’espère, vous prendra aux tripes, vous retournera, vous emportera loin dans un autre univers tout en vous donnant un regard nouveau sur le nôtre. Ceci est très premier degré. Les réponses au questionnaire suivant le sont beaucoup moins.

Ta principale qualité.

L’imagination.

Ton principal défaut.

L’imagination. Dans la vie de tous les jours, ça a son petit effet boomerang.

La qualité que tu préfères chez les hommes.

Le respect. Il est important de respecter les gens. Et de ne pas être méchant. Et d’être contre la guerre et la faim dans le monde.

Celle que tu préfère chez une femme.

Le respect. Il est important de respecter les gens. Et de ne pas être méchant. Et d’être contre la guerre et la faim dans le monde. Mais en belle robe. Sinon, j’aime bien aussi quand elles sont jolies.

Si tu ne devais garder qu’un livre ?

Le mien. Comme ça, je ne cesserai jamais de le corriger et je continuerai à imaginer la suite. Et dans tous les autres livres que j’aime, difficile de faire un choix tant ils me sont aussi précieux les uns que les autres. (La nuit des temps de Barjavel, E=mc2 de Cauvin, Saga de Benaquista… )

Un film ?

Un montage à suivre de tous les Spielberg.

Ton lieu préféré.

Mon lit. C’est le seul endroit où, malade ou en pleine forme, je me sens bien.

Ton occupation préférée.

Dormir.

Un rêve à réaliser ?

Avoir un poney. Ah non mince, ça c’est le rêve d’une petite fille… Euh… être papa ?

Ton mot préféré.

Un Foulayboule. Parce que je suis l’un des rares à en connaître le sens et l’origine. Ça vous pose un homme.

Et celui que tu détestes.

Barbiturique… parce qu’à chaque fois, j’ai l’impression d’assister à un crime rigolo.

Ton juron préféré.

P’tain chier.

Une devise ?

L’euro.

Enfin, ton état d’esprit actuel.

Bien. Comme sur une montée vers le « Super ! Trop bien ! Hyper méga cool »… Je suis un enfant des années 80.

C’est tout pour aujourd’hui. Mais sachez que le prochain billet que nous consacrerons à Antoine devrait être en partie écrit par la main de son éditeur, Stéphane Marsan. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *