La Cité de Stella Gemmell : chronique d’une aventure éditoriale

Gemmell.

C’est à ce nom que la Fantasy doit son une partie de son succès dans la langue de Molière. C’est aussi en partie grâce à lui que Bragelonne est devenu l’un des leaders européens du genre. Nous lui devons énormément, aussi bien en tant qu’éditeurs qu’en tant que lecteurs.

C’est la première raison pour laquelle nous sommes immensément heureux de pouvoir publier à nouveau un roman avec ce nom en couverture. (La seconde, c’est parce que ledit roman est tout bonnement fantastique, mais on y reviendra.)

Nous étions au printemps 2012, et toute l’équipe de Bragelonne travaillait sur l’ultime livre de David Gemmell qu’il nous restait à publier : Le Faucon éternel. Anne-Laure et Hania, du service éditorial, corrigeaient le texte à son retour de traduction. Les commerciaux, sous la supervision d’Olivier, présentaient l’ouvrage à notre équipe de diffusion tandis que le marketing, sous la tutelle de Sébastien, élaborait la promo. Fabrice, le chef du studio graphique, recevait le premier rough de Didier Graffet qui illustrerait le livre et Julie, la directrice de fabrication, bouclait l’impression du titre.

Un processus presque routinier. Mais celui-là se démarquait des autres en raison du climat aigre-doux qui s’en dégageait. Parce que – au risque de me répéter – on savait tous que c’était l’ultime livre de David Gemmell. Nous sommes satisfaits d’avoir partagé avec vous un peu de son âme, par l’intermédiaire de ses livres, mais l’idée qu’il n’y aurait plus de roman du maître nous peinait beaucoup. Le sentiment de perte que nous ressentions à l’époque de la fin du cycle de Drenaï est plus puissant encore.

Mais quelques semaines plus tard, à quelques jours de la Foire du Livre de Londres, nous recevions en exclusivité un manuscrit signé Gemmell.

La joie que nous avons ressentie alors est indescriptible, aussi je ne vais pas trop m’appesantir dessus. Sachez simplement que, la surprise passée, une évidence s’est imposée à nous : nous devions faire ce livre. Si notre humble maison n’était pas intimement liée au clan Gemmell, nous nous serions battus pour pouvoir le sortir chez nous. Parce qu’un tel livre devait être publié par Bragelonne, vous en conviendrez.

Ce livre, c’est La Cité. De Stella Gemmell. Et il sort le 27 septembre.

La Cité de Stella Gemmell

Pardonnez-nous si ce billet ne vous en dit pas beaucoup sur le roman de Stella. (On publiera un billet rien que pour ça, dans quelques jours.) Mais il nous fallait partager ce grand moment de joie. 🙂

2 réflexions au sujet de « La Cité de Stella Gemmell : chronique d’une aventure éditoriale »

  1. Holala j’ai hâte de le lire, David Gemmel est mon auteur préféré, Hâte de lire le fruit du travail de la femme qui a partagé sa vie !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *