Qu’est-ce que la collection Bragelonne Classic ?

Vous le savez, et on dit ça sans se vanter, Bragelonne est devenu l’un des acteurs majeurs du marché numérique français. Nous tenons cette place en raison de notre politique en totale adéquation avec les envies et les intérêts des lecteurs, mais aussi par nos innovations techniques et nos collections thématiques dédiées aux supports numériques.

Et parmi elles, il y a la collection Bragelonne Classic. Alors qu’elle est digne d’un intérêt tout bonnement énorme, on n’a jamais eu l’occasion de vous la présenter correctement. Réparons cette erreur maintenant.

Logo Bragelonne Classic

Lancée il y a un peu plus d’un an, Bragelonne Classic a la prétention de devenir une collection numérique de référence en réunissant certains des plus grands romans qu’ont vu naître nos genres de prédilection. Des auteurs et des ouvrages qui ont construit les littératures de l’imaginaire et qui doivent être considérées comme des valeurs sûres, sinon comme des incontournables.

Nous parlons aussi bien de plumes anglo-saxonnes (Arthur C. Clarke, Paul McAuley) que francophones (Pierre Pelot, Michel Jeury). Ces noms ne vous sont pas étrangers puisque nous les publions ou les avons publiés chez Bragelonne (notamment dans la collection « Trésors de la SF ») ou chez Milady.

9782820505620

Mais la collection ne se limite pas aux romans que nous avons pu leur consacrer par le passé. Par exemple, les deux romanciers français cités plus haut verront, à terme, l’intégralité de leurs écrits réunis au sein de cette collec’. (Attention, ça peut concerner jusqu’à une centaine de bouquins par auteur ! Il faudra donc être patients…) Nous allons d’ailleurs profiter de ce billet pour remercier Pierre et Michel pour cette très grande marque de confiance.

Bragelonne Classic comptera aussi des écrivains qui n’ont pas forcément été publiés sous notre bannière. Certains romans de grands noms tels qu’Algis Budrys ou James P. Blaylock sont ainsi déjà disponibles.

9782820509772          9782820512338

L’une des autres raisons pour laquelle nous nous sommes investis dans cette collection est évidente : l’impressionnante majorité des romans concernés sont indisponibles en librairie. C’était donc un moyen comme un autre de contourner le problème. (Prends ça dans ta face, ReLire.)

Une dernière composante essentielle : parce qu’il s’agit de livres ayant déjà bénéficié d’une ou plusieurs éditions, nous proposons ces e-books à un petit prix : 2,99 €.

Nous terminerons ce tour d’horizon en précisant ce que vous avez sans doute déjà deviné au vu des quelques couvertures qui illustre cette page : Bragelonne Classic voit large. Il y a actuellement surtout de la SF, mais aussi de la Fantasy, du Fantastique, de l’Horreur et du jeunesse. Toutes ces catégories sont bien identifiées par un code couleur et une maquette ouvragée. Le design global a d’ailleurs subi un joli lifting graphique grâce à Thomas Ruehr.

9782820506689          9782820511409

La collection compte déjà presque cent références et accueille de nouveaux titres chaque lundi. Ou presque, car nous profitons parfois de cette journée pour alimenter notre autre collection numérique, Brage, qui propose nouvelles et textes courts.

Voilà, cette fois, tout est dit. Bragelonne Classic, c’est à notre connaissance la seule collection numérique faisant vivre le patrimoine littéraire de l’imaginaire, et nous avons l’espoir que vous lui accordiez votre attention et que vous puissiez la conseiller à votre tour. D’après les récents chiffres de téléchargements, c’est déjà sur de bons rails, donc merci beaucoup. 🙂

Nous vous remercions pour votre attention… et nous vous invitons à rester attentifs à nos prochaines aventures numériques. Car Brage, Bragelonne Classic, les Intégrales et la numérisation logique de nos ouvrages papier… tout ça n’est qu’une première étape.

7 réflexions au sujet de « Qu’est-ce que la collection Bragelonne Classic ? »

  1. Tu parles d’une fierté…Et au passage, lorsque vous dites que c’est « qu’une première étape », j’espère du plus profond de mon cœur que ça veut pas dire que dans un avenir vous publierai certains livres uniquement en numérique et pas en papier. Parce que là, ça serait une de ces trahisons avec le support du livre papier qui est si important !

  2. Depuis leurs créations je suis avec passion ces deux formidables collections que sont Brage et Bragelonne Classic. Elles ont les principales pourvoyeuses de ma liseuse… je ne dédaigne pas non plus les Intégrales ni vos autres sources numériques.J’achète régulièrement quelques titres chez Milady et Bragelonne et j’ai pu également profiter des offres 100, 200 et 300k.
    Enfin, tout cela pour vous dire Bravo et continuez comme ça et je resterai un de vos plus fidèle lecteur papier et numérique…
    Richard

  3. C’est une super collection
    Mais ReLIRE ne s’oppose pas à ce que les éditeurs propose des éditions numériques de leurs fonds… je trouve l’attaque hors de propos.
    Une fidèle lectrice

  4. Nous n’avons pas dit ou sous-entendu le contraire, Flore. Par contre, le système en place est clairement dysfonctionnel. Mais c’est plus un petit tacle qu’une attaque, entre nous.

  5. Je plussoie Lorinette… du numérique et encore du numérique… toutes les initiatives pour le numérique… le support papier va finir en désuétude avec vous. Bragelonne est devenu un acteur majeur de la littérature à caractère fantastique, mais c’est la grenouille devenue boeuf… la qualité d’autrefois s’estompe de plus en plus… reste quelques perles bien sur comme les romans de Pevel, le premier de Stella Gemmel, La Voie de la Colère qui semble très alléchant et le cycle de la Chasse sauvage… mais le reste… du réchauffé ou du très moyen et je ne parle même pas du « catalogue » Milady consacré en majorité à cette horreur de Bit-Lit (je sais, c’est ce que les gens demandent, mais c’est très agaçant)… vous faites l’apologie du numérique, vous en faites même des tonnes avec ça… mais le « vrai » livre, tel qu’il aurait dû continuer à exister… qu’en faites-vous ?

  6. tiens c’est marrant qu’il y ait « Le vaisseau elfique » Nev m’en avait dit le plus grand mal à une époque lointiane !

  7. Chloé, il faut comprendre que c’est la flexibilité du numérique (et plus particulièrement son immatérialité) qui permet de genre de choses. Il n’est pas question d’abandonner le livre papier et vous avez cité un nombre conséquent d’exemples qui le prouvent. Je rajouterai Le Mois du Cuivre, la récente édition collector de Princess Bride, la nouvelle édition du Necronomicon à venir… statistiquement, nous n’avons jamais faut autant de beaux livres que maintenant. 🙂
    Après, que vous n’aimiez pas certains des livres, j’en suis peiné, mais c’est un autre débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *