L’inoubliable voyage

Après Vlast, disponible depuis quelques jours, c’est au tour de James Smythe de devenir l’ambassadeur de L’Autre Bragelonne. Très différent du livre de Petter Higgins, très différent de tout ce que vous avez pu lire jusqu’ici, Le Voyageur prouve que l’appartenance à un genre précis ou l’apposition d’une étiquette n’est pas obligatoire. Oh que non…

« Un tour de force littéraire à chaque page. »
Daily Mail

James Smythe est concepteur scénariste/narratif pour un grand jeu vidéo à venir. Il a aussi enseigné l’écriture créative… et c’est un terme qui convient parfaitement pour décrire Le Voyageur.

Le Voyageur de James Smythe

La couverture du livre vous fera immanquablement penser au génial film Gravity. Le roman ayant fait son apparition en janvier 2012 dans les librairies américaines, on ne serait pas surpris d’apprendre que le réalisateur Alfonso Cuarón s’en soit inspiré, tant la thématique des deux œuvres est proche.

Le journaliste Cormac Easton informe le lecteur dès la première phrase du livre qu’il est le dernier membre encore en vie de son expédition. Lorsqu’il a été sélectionné pour la première mission habitée vers l’espace, il imaginait qu’il entrerait dans l’Histoire de l’exploration spatiale, au même titre qu’un Gagarine ou qu’un Armstrong. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Lorsque l’équipage s’est réveillé de son sommeil cryogénique, c’est pour constater la mort du capitaine. Tous les autres membres ont suivi, et Cormac est désormais seul, filant à toute allure vers sa propre mort… Cette description vous fera aussi sans doute penser à Alien, mais ne vous attendez pas à trouver ici une quelconque menace extraterrestre.

Le Voyageur est le récit qu’Easton, en tant que chargé des communications, délivre à tous ceux qui voudront bien l’entendre. S’il cherche à contacter la Terre, c’est le lecteur qui finit par être le témoin de son odyssée personnelle, qui commença bien avant qu’il ne parte vers les étoiles.

Intense et claustrophobique à souhait, ce thriller est un véritable tour de force littéraire qui, à l’instar de Blitz de Connie Willis, doit être mis entre toutes les mains.

Le Voyageur de James Smythe sortira le 16 avril en librairie. Et deux jours plus tard en numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *