Blood Song : notre critique (sans spoilers)

On vous a présenté Blood Song comme la lecture incontournable de Fantasy, cette année. Après vous avoir démontré l’engouement mondial qui entourait le roman d’Anthony Ryan, puis mis en ligne la traditionnelle lettre du service éditorial. Cette fois, on va cette fois entrer dans le détail et se permettre notre propre review du roman.

L’Ordre mène ses combats dans l’ombre.
Sans attendre de récompense.
Sans espérer la gloire.
Nous n’avons pas de bannières

 

Vaelin n’a que dix ans quand son père, le Seigneur de Guerre du roi, l’abandonne au pied de la grille d’entrée du Sixième Ordre. Cette commanderie éduque les frères qui sont de toutes les batailles. Vaelin y découvrira la vie austère, solitaire et dangereuse d’un combattant de la Foi, qui n’a désormais plus d’autre famille que l’Ordre. S’il voue une haine farouche à son père, cet homme qui l’a dépossédé de son droit de naissance, et chérit le souvenir de sa mère, Vaelin apprendra au gré de son noviciat que les apparences peuvent s’avérer trompeuses. De révélations en révélations, une seule vérité se fait jour : Vaelin Al Sorna est promis à un grand destin. Un destin qui risque fort de bouleverser le Royaume et, par-delà, le monde.

Et, par-delà les pages, le lecteur.

1406-song1

 

Si Anthony est une révélation, c’est principalement grâce à son protagoniste principal. Un personnage entier, complexe et charismatique à souhait. Son épopée, nous la découvrons au compte-goutte, par les révélations qu’il voudra bien nous faire. En étalant ses souvenirs, Vaelin peint une large fresque qui dessine la légende. On le suit avec ferveur, comme le font ses frères d’armes, témoins de ses rencontres et de ses batailles, dans la gloire et dans la peine. D’une manière générale, les seconds rôles sont d’ailleurs particulièrement bien tissés.

Le faisant évoluer dans un univers très développé où la magie, bien que prohibée, se manifeste de plusieurs façons, l’auteur guide son héros dans une intrigue à multiples tiroirs, abordant des thèmes qui lui sont chers : la fraternité, l’inanité des guerres et des chasses aux sorcières, quelles qu’elles soient. Par son style ciselé et plein de panache, il prêche la tolérance… ce qui, rien qu’entre nous, ne ferait pas de mal en ce moment. Il est donc très difficile de sortir de cette lecture sans adorer Vaelin. C’est le genre de livres qui donne envie de serrer l’auteur dans ses bras, pour le remercier.

Si l’on devait jouer au jeu du « ça ressemble à ça », on se contenterait de relayer l’affiliation faite par tous ceux qui ont eu le roman entre les mains et à laquelle on ne trouve rien à redire : le premier volume de Blood Song est un savant mélange entre Le Nom du Vent pour la structure et le souffle lyrique du récit et Waylander pour la figure du guerrier solitaire, devenu une icône de son vivant. Les noms de Gemmell et de Rothfuss ne seront jamais bien loin de celui de Ryan, et il est fort probable que vous les voyiez ensemble régulièrement, ne serait-ce que sur ce blog.

Le livre nous a aussi fait penser à L’Empire brisé et au Trône de Fer. Au premier en raison de la bande de compagnons de Vaelin (bien plus sympathique que celle de Mark Lawrence, tout de même) qui pousse réellement ce dernier à devenir un héros comme on les aime. Quant au second, il vient au bout de toutes les lèvres dès qu’on parle de grande saga familiale et politique, forcément. Pour autant, que ces deux dernières comparaisons rassurent les éventuels parents susceptibles de partager leurs lectures avec leur progéniture, on est bien loin de la piscine d’hémoglobine (contrairement à ce que laisse penser le titre qui se réfère à une mécanique de l’histoire qu’on vous laissera découvrir). On irait même jusqu’à dire que les indéniables qualités de cet ouvrage le destinent également au public adolescent.

Si notre plaidoyer né de l’envie de partager ne suffit pas à vous convaincre, rappelez-vous les chiffres que nous vous avons indiqués et les échos qu’on a relayés. Et si vraiment vous n’êtes pas encore convaincu, il vous reste la possibilité de suivre ce lien pour lire les premières pages du livre, et ainsi de commencer votre voyage avec Vaelin.

Et si il est déjà initié, n’hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *