Manon Fargetton, héritière des Rois-Passeurs

Si vous êtes un gros lecteur de Fantasy, les mondes parallèles, vous connaissez. Alors que cette idée fait partie intégrante des codes du genre (Narnia, Ambre, Neverwhere…), il faut admettre que ce n’est pas quelque chose qu’on voit souvent chez Bragelonne. D’abord parce que ça se fait beaucoup chez nos confrères et ensuite parce que nous n’étions jamais tombés sur une telle histoire, capable de se distinguer de la norme. Jusqu’à aujourd’hui.

imaginales 2013

Manon Fargetton est une jeune et talentueuse auteure jeunesse que vous connaissez sans doute déjà puisqu’elle a publié un certain nombre de pépites : Aussi libres qu’un rêve chez Mango et, au sein de Rageot, la trilogie June et plus récemment Le Suivant sur la liste, thriller qui a remporté le prix du Journal de Mickey 2014. Lorsque Manon nous a raconté les premiers éléments de son histoire, nous avons justement été séduits par l’originalité qui s’en dégage, ainsi que par le ton plus sombre, et donc plus adulte que dans ses précédents écrits. Débutons l’aventure…

Rive. C’est le nom du monde tel qu’on le connaît, à notre époque. Ombre est son reflet. Un univers peuplé de magie et de créatures de légende. Ce sont les deux facettes d’une même réalité. Mais Énora, elle, est unique : elle peut voyager d’un monde àl’autre. Un don hérité de ses ancêtres que la jeune étudiante de Rive met à profit pour sauver sa vie, lorsque son frère jumeau et l’ensemble de sa famille sont décimés par des hommes masqués. De l’autre côté, elle fait la connaissance de Ravenn, princesse rebelle qui compte réclamer ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Évidemment, elle n’est pas la bienvenue. Deux retours simultanés, deux femmes fortes, qui bouleverseront une fois de plus le royaume d’Ombre…

1504-passeurs

Séduits, disions-nous. Et vous savez désormais que, pour ça, une seule bonne histoire ne suffit plus. Sans dire que nos exigences sont à la hausse – encore que –, nous attendons généralement deux choses des textes de Fantasy qui nous sont présentés. D’abord, qu’ils nous transportent, ce qui arrive de plus en plus fréquemment, et cela suffit la plupart du temps. Mais si en plus ils peuvent apporter quelque chose au genre, c’est encore mieux.

L’Héritage des Rois-Passeurs répond parfaitement au premier critère. En imaginant le monde d’Ombre, Manon a façonné une toile de fond qui n’a rien à envier à celles déjà visitées dans bon nombre d’oeuvres connues. De plus, elle a parfaitement assimilé le concept de « reflet » : Rive et Ombre forment un mélange très enchevêtré. Ce qu’il se passe dans l’un a des effets sur l’autre. Par exemple, à l’exception d’Énora, chaque individu de notre monde a son pendant en Ombre, son Noir Portrait. Vous imaginez bien les possibilités offertes par cette idée.

Bien différent, et pourtant très semblable au nôtre, Ombre est un monde fascinant, qu’on apprend à connaître et à comprendre au fil de la lecture. (Aussi bien par le déroulement de l’histoire que par la présence d’intermèdes très instructifs, qui interviennent entre chaque chapitre.) Mêmes ses paradoxes sont intéressants : alors qu’Ombre est un monde en guerre, en proie à des conflits religieux, il nous apparaît comme plus posé, plus élégant, plus poétique que notre Rive.

En ce qui concerne le dépaysement, la mission est donc pleinement accomplie. Mais qu’en est-il de la plus-value, allez-vous demander ? C’est bien simple : ce sont ses héroïnes. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que, de leurs destins entremêlés, dépendra celui des deux mondes. Mais avant même que l’aventure ne les emporte, affirmant leur personnalité, nous les aimions déjà.

Bien que la Fantasy soit un genre libre de tout, absolument tout, voir évoluer deux femmes aussi fortes n’est pas encore si commun. Manon nous a confié qu’Énora et Ravenn étaient venues à elle en rêve, ou par l’intermédiaire d’images très puissantes qui lui trottaient en tête. La première creusait la terre à mains nues, désespérée, jusqu’à ce qu’elle débouche sur un morceau de ciel. La seconde, déterminée, regardait sa terre natale s’éloigner à l’horizon, depuis le pont d’un bateau. Ces visions puissantes forment aujourd’hui les deux facettes d’une même histoire, qui conserve toute cette force.

On ne peut que se réjouir de voir des personnages féminins aussi réussis prendre leur destin en main et nous guider dans cette épopée, et remercier Manon pour ce récit envoûtant et sans manichéisme.

L’Héritage des Rois-Passeurs est disponible en librairie et en numérique depuis quelques jours. Et si vous voulez en savoir plus pour l’auteur, sachez que l’auteure est l’actuelle invitée du blog Book en stock. Déjà six pages d’interview sont en ligne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *