POD, part 3/4 : les collections Snark & Emma

Cette troisième partie de notre dossier spécial va en partie réitérer certaines choses déjà évoquées par le passé, mais un petit rappel de circonstance ne fera pas de mal avant d’entrer dans le vif du sujet !

Mais juste avant, on vous invite à consulter les deux premières parties, si ce n’est pas déjà fait :

  1. L’impression à la demande, c’est quoi ?
  2. Une tonne de titres de nouveau disponibles

C’est fait ? Bien.

Alors explorons maintenant le cas de nos collections « primo-numériques » (traduction : qui proposent des œuvres d’abord disponible sous forme d’e-books avant d’envisager la version papier).

Lancée il y a un presque deux ans (et oui, déjà) la collection Bragelonne Snark propose des textes numériques écrits par de nouvelles plumes francophones, qui ont répondu aux mêmes critères de qualité que ceux exigés pour tous nos livres, qu’ils soient imprimés ou téléchargeables. C’est sous cette bannière que les auteurs de demains d’aujourd’hui sont publiés, dans des genres très variés : Fantasy (Ikatar de Véronique Roméo, La Fille des Pierres de Marine Le Goascoz), de la Science-fiction (Yumington 2075 : Le Rêve Oméga de Jeff Balek, Ch3val de Troi3 d’Éric Nieudan), de la Bit-lit (Sainte Marie des ombres de Sophie Dabat, Sombre Héritage de Christelle Verhoest) ou encore du Fantastique (Seuls de Mathias Moucha) et du Thriller (Légion et Prométhium de David Forrest).

Et c’est cette initiative qui a été la première à porter l’impression à la demande. En effet, conscients que les lecteurs attachés au papier et les libraires ne sentiraient lésés par une diffusion exclusivement numérique, nous avons entrepris de proposer des versions papier des parutions du Snark. Ce système permet aux lecteurs non équipés de liseuse ou de tablette de découvrir eux aussi ces ouvrages en le commandant auprès de leur librairie habituelle, tout simplement. Aujourd’hui, les trois quarts des titres de cette collec’ ont une forme matérielle. Voyez.

IMG_8509

Le Snark propose aussi des feuilletons, diffusés numériquement sous forme de 5, 6 ou 7 épisodes et dont le premier est toujours gratuit. Dans ce cas-là, c’est un volume réunissant la totalité des épisodes que nous proposons, comme une Intégrale compilant entre 2 et 4 tomes. La preuve ci-dessous avec la Saison 1 des Foulards rouges de Cécile Duquenne et La Meute, la suite officielle de la série Le Visiteur du Futur, de Slimane-Baptiste Berhoun et François Descraques.

IMG_8505     IMG_8504

D’un point de vue tarifaire, on oscille entre 12,90 € pour les plus courts textes (tel Fortune Cookies de Silène Edgar) et 25 € pour les plus gros (comme chaque volume de l’Escroc-Griffe). Ce sont des prix plus importants que ceux auxquels on vous avait habitué, surtout dans le cas des premiers. Mais si vous avez lu attentivement les deux premières parties du dossier, vous savez que c’est la condition sine qua non pour proposer une édition imprimée de tels textes.

C’est donc avec une telle initiative que nous avons démarré la valse de la POD, preuve de notre intérêt pour cette nouvelle génération d’écrivains. Mais dernièrement, notre autre collection primo-numérique à suivi le mouvement.

Vous avez été nombreux (pour ne pas dire nombreuses) à demander quand est-ce que les différents titres de la collection Milady Emma bénéficieraient elle aussi de l’impression à la demande. Eh bien c’est désormais chose faite !

Pour celles et ceux qui ignorent tout d’elle, Emma est à Milady ce que Snark est à Bragelonne. Thématiquement parlant, si Snark est essentiellement dédié aux genres de l’imaginaire, Emma s’intéresse aux différentes manifestations de ce qu’on appelle en interne la Women Fiction, du roman sentimental à la romance pure – qu’elle soit hétéro ou homo – en passant par des textes érotiques. De l’amour, de l’humour, des tranches de vies et des sensations.

IMG_8511

Aujourd’hui, cette collection est enrichie par la présence d’écrivains extraordinaires :  Fanny André (Camping DatingJesse Christen (Dust City, Noah), Amélie Astier et Mary Matthews (Hors jeu), Chloé Duval (Le Temps volé), Chloé Bertrand (Positive Way), Gérard Palant (Rencontres d’un drôle de type), Marie-Catherine Daniel (Rose-thé et Gris-souris), Céline Etcheberry (Les Mots d’Eden) et Suzanne Roy (Un Cadeau du ciel, Après l’orage). Deux auteures déjà croisées chez Milady y figurent aussi : Samantha Bailly (Lignes de vie) et Sara Agnès L. (L’Or et la Nuit).

Chez Emma, il y a aussi des feuilletons en cours : Premier rôle de Fanny André, Roman Holiday de Ruthie Knox et Takeover d’Anna Zabo.

Niveau sous, la grille tarifaire est identique à celle de Snark. Vous pouvez donc vous fournir auprès de votre dealer habituel, là aussi. Pour ceux qui se posaient la question, la POD n’a été activée ici que récemment car Bragelonne et Milady ne sont pas diffusés par le même prestataire : Hachette pour le premier, Média diffusion pour le second. On va la faire courte, mais en gros, toute notre impression à la demande est actuellement assurée par une filiale de Hachette, Lightning Source. Il a donc fallu tirer des ficelles, baisser des leviers, faire quelques branchements pour que tout ce petit monde soit raccordé. Cela a pris un temps plus important que nous l’aurions souhaité, mais c’était une étape de test obligatoire.

IMG_8513

Ce dernier cliché vous est surtout montré pour que vous ayez une idée des tailles.
Notez Camping Dating, au centre, qui est le nouveau format pour les courts récits.

Voilà pour Snark et Emma.Sophie Si ces deux entités éditoriales sont principalement commercialisées sous forme numérique – ce qui n’empêche pas les auteurs et leurs lecteurs de se rencontrer, comme en témoigne le succès de nos récentes Rencontres numériques ! – elles ont désormais toutes deux la possibilité d’exister dans les points de vente traditionnels.

N’hésitez pas à sensibiliser votre libraire : comme nous parlons d’un concept encore tout nouveau, nous avons déjà élaboré des documents pédagogiques à leur intention. Mais votre renfort est le bienvenu !

Nous vous laissons là-dessus. Qu’on se le dise, les perspectives sont nombreuses et on a encore plein de projets à développer avec le POD. D’ailleurs, l’un d’eux est abouti depuis peu. On vous donne donc rendez-vous pour la dernière partie, d’ici une dizaine de jours, pour évoquer le grand retour des éditions reliées. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *