Interview : Dans les coulisses d’Hardigan

Le livre audio est une création assez ancienne, mais il semble que, pour cette forme de narration à cheval entre deux médias, l’heure de la reconnaissance soit enfin venue, du moins de notre côté de l’Atlantique. Il faut dire que nous avons maintenant tous (ou presque) un smartphone en poche, et donc un accès beaucoup plus simple à plusieurs heures d’enregistrement. C’est plus pratique à trimballer qu’une douzaine de CD.

C’est sous la bannière du label Hardigan que Bragelonne, Milady et d’autres marchent fièrement vers cette terra (bientôt plus) incognita. Hardigan n’est pas l’un de nos projets à proprement parler. Nous le soutenons massivement, mais pas directement puisque c’est une initiative menée par notre diffuseur numérique, e-Dantès.

Concrètement, cette société achète le droit de proposer certains de nos ouvrages sous forme radiophonique. Cette relation est assez similaire à celle qu’on peut avoir avec d’autres éditeurs, qui souhaiteraient proposer nos livres au format poche, par exemple.
Pour que vous puissiez savoir à quoi vous pouvez vous attendre avec eux et nous si vous décidez de vous mettre aux audiobooks, nous avons interrogé David Oghia, cofondateur de Bragelonne et actuel grand timonier d’e-Dantès, et Yann Denis, son complice ingénieur du son.

Note : Cet article a été précédemment publié dans le n°26 de Neverland. Vous avez-là la version complète de l’entretien.


livre-20audio-20hardigan-559167a5303e1

Pouvez-vous nous présenter e-Dantès en quelques mots ?

David : e-Dantès est avant tout une société de services pour les éditeurs qui souhaitent développer leurs catalogues au format numérique. D’ailleurs, je vous renvoie à notre site Internet, e-dantes.com, où nous décrivons toutes nos activités. Nous proposons une offre de diffusion mais aussi des prestations de fabrication (création de couvertures, fabrication d’e-pubs, impression à la demande, etc.) pour les professionnels. Nous avons aussi une activité événementielle, Les Nuits au Max, qui est notre bouffée d’oxygène et notre contact régulier avec le public.

Qu’est-ce qui vous a amenés à vous lancer dans l’aventure du livre audio ?

David : Pour les activités d’e-Dantès en général, c’est toujours le même principe : j’aime développer des projets dont j’ai besoin. Pour Les Nuits au Max, j’avais envie que les nuits cinéma que j’avais adorées dans ma jeunesse reviennent et donc je les ai relancées. Pour le livre audio, vu que j’habite loin de Paris et que je passe beaucoup de temps dans les transports et la voiture, j’étais en manque de textes lus dans mes genres préférés (science-fiction, Fantasy et thriller).

J’ai conclu un accord de diffusion avec Audible (la branche livres audio d’Amazon) qui me permettait de produire et de diffuser un catalogue conséquent, en tout cas suffisant pour ma propre consommation ! J’espère qu’il va plaire aussi aux lecteurs habitués à ce format.

Yann : En ce qui me concerne, David m’a menacé de venir jouer de l’otamatone toutes les semaines chez moi si je ne rejoignais pas l’équipe. (Les amateurs de podcasts hi tech comprendrons.)

IMG_1667

Je vois… ou plutôt, j’entends très bien. Quel est l’état de ce marché, en France et dans le reste du monde ?

David : Pour le livre audio ? En France, c’était dérisoire : moins de 1 % du marché du livre. La faute à une offre extrêmement faible et mal diffusée. Mais c’est en train de changer. Nous sommes encore loin des pays anglo-saxons ou de l’Allemagne, où les ventes de livres audio dépassent les 5 %. Vous voyez que nous avons encore un bon volet de développement par rapport aux marchés étrangers.

De quelle manière choisissez-vous les titres que vous souhaitez adapter ?

David : Je ne les choisis pas ; ils viennent à moi en volant à dos de chauves-souris géantes ! En fait, sérieusement, c’est un peu comme par magie. Nous avons principalement acheté les droits de livres qui sont édités par Bragelonne et Milady, mais aussi par les éditions Delpierre. Il y a tellement de choix dans ces maisons. J’ai eu la chance d’être là aux origines de Bragelonne et de voir les succès fulgurants de David Gemmell, Terry Goodkind ou encore Raymond Feist… Quel plaisir aujourd’hui de pouvoir revenir sur ces textes et les réinterpréter au travers de la lecture d’un acteur.

Il y a des centaines de titres à notre disposition et notre choix s’oriente principalement sur des romans qui sont déjà des succès en grand format, mais aussi qui ont un potentiel très fort comme Les Quinze premières vies d’Harry August. Nous aimons particulièrement les jeunes auteurs français comme David Forrest, qui ont développé leur lectorat au travers des librairies numériques et des réseaux sociaux. En plus de la qualité du texte, c’est la longueur qui prime dans le choix d’un roman. Entre dix et quinze heures de lecture, c’est le format idéal…



LIENS UTILES

  • Audible.fr : C’est là que sont commercialisés les audiobooks. (Une appli pour smartphone et tablette est également disponible.)
  • Vous pouvez aussi les trouver sur Amazon.fr et iBooks.
  • Si vous voulez « tester avant d’acheter », la chaîne YouTube d’Hardigan propose de longs extraits. Ceux-là mêmes qui illustrent cet article.
  • Enfin, vous pouvez également suivre les aventures du label sur le site web hardigan.fr
    * … ainsi que sur Facebook et Twitter.


Dans quelles conditions ont lieu vos enregistrements ?

David : De très bonnes conditions ! Nous avons fait construire dans nos locaux une cabine d’enregistrement insonorisée dans laquelle nos acteurs ont l’air très à l’aise. Yann a installé son matériel juste à côté et une vitre sépare le technicien du lecteur. Ils peuvent donc se voir et se donner des instructions au fil de la lecture. On a intérêt à être bien installé quand on passe de très nombreuses heures à parler dans un micro.

Quelles sont les différentes étapes de la création d’un livre audio ?

Yann : Tout d’abord le choix de la voix en fonction du type de bouquin, de l’histoire et du personnage principal/narrateur. Vient l’enregistrement en lui-même, en local dans notre studio ou en externe. (Certains comédiens sont équipés d’une cabine insonorisée et d’un bon microphone/préampli micro).

Ensuite, c’est le montage : je nettoie les pistes (bruits de bouche, respiration omniprésente…), jette les mauvaises prises, raccorde les bonnes, enlève les blancs, en rajoute parfois. Puis vient l’étape du mixage/ mastering pour vérifier que l’ensemble des cinq, dix ou quinze heures de narration est homogène et qu’il n’y a pas de variation de volume sonore trop importante d’un chapitre à l’autre.

Après, l’export/conversion, pour que chaque fichier corresponde à un chapitre dans un format non compressé (pour nos archives) et compressés (pour les envois à Audible). Enfin, la livraison.

Et comment se déroule un enregistrement ?

Yann : Sur plusieurs jours. En général, entre cinq et dix, en fonction de la taille du livre. Nous sommes obligés d’entrecouper les séances de pauses régulières en raison de problèmes de diction. En effet, pour chaque acteur/actrice, il arrive un moment où l’articulation ne suit plus. Parfois, au bout d’une heure, une phrase, qui en début de séance serait passée toute seule, se retrouve être le pire cauchemar d’un narrateur et il faut quelquefois sept ou huit prises pour qu’elle soit bonne ! On enregistre généralement de 10h00 à midi et demi, avec deux coupures de cinq à dix minutes, puis de 13h30 à 16h00, avec les mêmes pauses.

Comment choisissez-vous les comédiens ?

Yann : Pour les filles, il y a deux types de voix nécessaires : le timbre de femme fatale, grave et assuré (80 notes de jaune) et un timbre plus jeune et innocent (L’Étreinte de la nuit). Pour les garçons, on privilégie des timbres de voix dans les graves/ médiums avec toutefois trois types de narration différents. Pour être honnête, le budget a été un frein au choix des acteurs aussi. Par exemple, les acteurs de doublage sont souvent payés à la ligne. Les grands noms du secteur sont en moyenne payés 5 € la ligne… Impensable pour notre activité !

Tout ceci ne serait pas rentable pour un livre audio, qui nécessite cinq jours d’enregistrement en moyenne. Il a donc fallu négocier et trouver des acteurs qui comprennent notre souci d’économie. Le choix des voix se fait donc aussi en fonction d’un équilibre entre le coût et la performance.

IMG_1680

Combien de temps en moyenne durent vos audiobooks ?

David : C’est très variable, ça va de moins de trois heures pour les romans adaptés de la série Buffy, jusqu’à près de quatorze heures pour Harry August. Mais, en moyenne, on préfère des œuvres qui font entre neuf et douze heures de lecture. C’est une durée idéale.

Pourriez-vous présenter certains d’entre eux ?

Yann :

  • Arnauld Le Ridant (Doctor Who, En Série, L’Odyssée du Temps) est un acteur qui vient du théâtre et qui fait pas mal de voix off.
  • Richard Andrieux (Harry August, Broadchurch, Waylander) est auteur/compositeur et comédien. Et aussi écrivain.
  • Nicolas Planchais (Légende, Japantown, Touch) est un acteur de ciné et de théâtre qui avait déjà fait pas mal de livres audio.
  • Sophie Celzo (80 notes…) est une actrice de voix off / doublage mais aussi photographe professionnelle.
  • Véra Pastrélie (L’Etreinte de la Nuit, Une semaine avec lui) est une jeune comédienne.
  • Claire Guyot (Buffy) est une comédienne pro du doublage. (Desperate Housewife, etc.) Sa fiche wikipedia t’aidera plus que moi. 😉

Y a –t-il des comédiens avec qui vous adoreriez travailler ?

Yann : Salma Hayek et Mimi Mathy. Bon plus sérieusement : Jacques Frantz, Richard Darbois, Jean-Philippe Puymartin, et plein d’autres…

Combien de temps en moyenne durent vos audiobooks ?

Yann : C’est très variable, ça va de moins de trois heures pour les romans adaptés de la série Buffy, jusqu’à près de de quatorze heures pour Harry August. Mais en moyenne, on préfère des œuvres qui font entre neuf et douze heures de lecture. C’est une durée idéale.

Expliquez-nous votre politique de prix…

David : C’est très simple. Nous n’avons que deux prix : 9,99 € et 14,99 €. Sur Audible, vous avez la possibilité de prendre un livre par mois parmi tous ceux du site si vous souscrivez à un abonnement mensuel de 9,99 €. Nous nous sommes dit qu’il serait bon de proposer une offre plus large pour les abonnés (ou non) à ce tarif. Mais certains de nos textes sont vraiment plus chers à produire. Dans ce cas, nous passons au palier supérieur de 14,99 €, ce qui reste, à mon avis, un prix raisonnable et non prohibitif pour s’offrir plusieurs lectures audio dans le même mois.

Est-ce qu’il y aura toujours autant de livres audio adaptés d’œuvres publiées par Bragelonne et Milady à l’avenir ? Proposerez- vous l’adaptation d’autres ouvrages ?

David : Bien sûr. Nous avons déjà contracté plusieurs textes avec d’autres éditeurs… et vous pourrez découvrir tout ça dès 2016. En attendant, il y a déjà tellement de beaux textes chez Bragelonne à faire en audio…

Quels sont vos projets, vos envies ?

David : Des projets et des envies nous en avons plein… que ce soit en matière de textes mais aussi en ce qui concerne les acteurs avec qui nous aimerions collaborer pour nos lectures. Le fait d’avoir fait travailler Claire Guyot, la véritable voix française de Buffy, sur les livres audio tirés de la série fut parmi ces vœux devenus réalités. Il y’a des voix mythiques du doublage où certains acteurs comme Feodor Atkine ou Dominique Pinon qui font déjà du livre audio et que j’aimerai bien faire venir chez Hardigan.

En matière de texte, il va falloir que nous tentions des formats plus court et donc prévoir d’autres tarifs pour des nouvelles par exemple. J’aimerai bien aussi faire quelques biographies originales ou des essais. On a quelques idées bien précises à ce sujet…

Une anecdote d’enregistrement à partager ?

Yann : Il y en a pas mal, en fait… Il faut dire que certains bouquins, notamment des romances érotiques, font que l’actrice a besoin de relâcher la pression de temps en temps. J’ai quelques pépites en matière de franches rigolades enregistrées « en off ».

En racontable, je pourrais te parler de Claire Guyot qui avait oublié le personnage de Angel dans Buffy (elle m’a avoué préféré largement Spike plus tard…) jusqu’à en oublier la prononciation de son prénom…

J’en ai une autre sur En Série, un très bon livre sur le journal intime d’un serial killer, mais qui parfois nécessite de relâcher un peu la pression tellement il est cru. Nous avons testé avec l’acteur Arnauld une version québécoise sur un ou deux paragraphe… Et bien c’était très drôle et ça a beaucoup plu à l’auteur !



TITRES BRAGELONNIENS À PARAITRE :

Septembre

  • Ténèbres sur Sethanon de Raymond E. Feist
  • Celui qui chuchotait dans le noir de H.P. Lovecraft
  • Le Cauchemar d’Innsmouth de H.P. Lovecraft
  • Bad Romance de Céline Mancellon

Octobre :

  • La Maison de la Sorcière de H.P. Lovecraft
  • Le Monstre sur le seuil de H.P. Lovecraft
  • La Reine de feu d’Anthony Ryan

Novembre :

  • Assassin’s Creed : Renaissance d’Oliver Bowden
  • Tokyo Kill de Barry Lancet
  • Celui qui hante les ténèbres de H.P. Lovecraft
  • Le Molosse / Dagon de H.P. Lovecraft

Décembre :

  • La Couleur venue d’ailleurs de H.P. Lovecraft
  • Les Montagnes de la démence de H.P. Lovecraft
  • L’Ombre immémoriale de H.P. Lovecraft

 


 

Générations Science-Ficton : Entretien avec Patrice Girod

Patrice Girod a vécu mille et unes vies, mais dans chacune d’entre elles, il semble que son destin soit lié de près ou de loin à la science-fiction et plus particulièrement à Star Wars. C’était donc tout naturel qu’il finisse par écrire un ouvrage sur cette passion dévorante avec son compère de toujours, le collectionneur Arnaud Grunberg.
Lire la suite

Snark : Entretien avec David Forrest, auteur de Légion et Prométhium

Notre collection primo-numérique accueille en cette rentrée un nouveau conteur de grand talent en la personne de David Forrest. Par conséquent, on profite de cette belle occasion pour relancer notre série d’entretiens avec les auteurs de Snark ! Lire la suite

Faites connaissance avec les auteurs de Snark !

En seulement six mois d’existence, notre collection primo-numérique a déjà publié dix auteurs. Si vous n’avez pas encore sauté le pas ou si vous êtes passé à côté des œuvres de certains de ces nouveaux venus, cette news est faite pour vous ! Lire la suite

Blood Song : interview d’Anthony Ryan

Cela fait deux bons mois que La Voix du Sang est sorti en librairie et le prodigieux roman d’Anthony Ryan est en passe de devenir une nouvelle référence du genre, si l’on se fie aux premiers chiffres de ventes.

Pour vous remercier de votre confiance, et maintenant que la riche actualité printanière est derrière nous, on vous propose la retranscription complète de l’entretien que l’auteur britannique nous a accordé il y a quelques temps de cela, pour Neverland.

Que ceux qui n’ont pas encore lu le roman se rassurent, aucun spoiler ne pointe à l’horizon. 🙂 Lire la suite

LonCon calling. Bragelonne à la World SF Convention !

Nous interrompons cette… interruption de programmes pour vous informer que, cette semaine, une partie de la Bragelonne Team s’exilera à Londres pour participer à la 72e édition de la World Science Fiction Convention ! Lire la suite

Snark : entretien avec Éric Nieudan, auteur de Ch3val de Troi3

Avec Ikatar de Véronique Roméo, c’est l’autre nouveauté du mois, chez Snark. Ce titre vous interpellera certainement, ne serait-ce que pour ses consonances cyberpunk… et vous auriez raison. Lire la suite

Snark : interview de Sophie Dabat, auteure de Sainte Marie des ombres

Pour notre collection primo-numérique, ce mois de mars est celui de la continuité puisque nous proposons plusieurs épisodes de nos feuilletons (Les Foulards rouges de Cécile Duquenne, Le Rêve Oméga et Le Waldgänger de Jeff Balek). Mais c’est aussi l’occasion de publier un nouveau roman inédit, de bit-lit qui plus est.

La Brûlure de la nuit est aussi le premier volume d’une série épatante et on se propose aujourd’hui de faire connaissance avec son auteure. Après lecture de cet entretien passionnant, vous comprendrez non seulement que Sophie connaît le genre sur le bout des doigts, mais aussi d’où elle tient cette histoire Lire la suite

Snark : Interview de Cécile Duquenne, auteure des Foulards rouges

Vous connaissez Mathias Moucha, Silène Edgar, Jeff Balek et Christelle Verhoest. Faites maintenant connaissance de Cécile, qui est l’auteure du deuxième feuilleton de Snark après Le Rêve Oméga. Lire la suite

Snark : Interview de Christelle Verhoest, auteure de Sombre héritage

Vous connaissez maintenant le trio d’auteurs qui a eu la lourde tâche de lancer notre collection numérique. Passons maintenant aux deux autres qui les suivent de près, à commencer par Christelle Verhoest, dont le premier tome de sa trilogie est déjà disponible en téléchargement ! Lire la suite

Snark : Interview (et dédicace !) de Silène Edgar, auteure de Fortune Cookies

Ca y est, les trois titres du lancement de la collection sont lâchés dans l’Interweb. On continue par conséquent nos serrages de poignes virtuelles : après Mathias Moucha et avant Jeff Balek (cliquez ici), c’est Silène Edgar qui vient vous parler de son ouvrage, qu’on ne peut décrire autrement que par le terme « roman choc ». Lire la suite

Snark : Interview de Mathias Moucha, auteur de Seuls

Les premiers titres de notre nouvelle collection « primo-numérique » sortiront le mercredi 22 janvier. Parmi eux on trouve Seuls, un roman fantastique (dans tous les sens du terme.) On vous propose aujourd’hui de vous présenter cet ouvrage plus en détails et de faire connaissance avec son auteur. Lire la suite

La Voie de la Colère : l’interview d’Antoine Rouaud, partie 2/2

Suite et fin de l’entretien qu’Antoine nous a accordé pour les besoins du dernier numéro de Neverland, dont il tenait la vedette. Notez que vous avez ici accès à la version complète de l’interview et rappelez-vous que vous pouvez avoir accès à la première partie simplement en cliquant ici !

Bien d’autres interviews de l’auteur, en vidéo ou retranscrites par écrit, sont déjà disponible sur la Toile. Une petite aide de Google vous le confirmera. Sachez aussi que nous avons effectué une petite parlote avec Antoine durant notre dernier jour à Brighton, lors de la World Fantasy Convention. (Événement dont ont vous reparlera très vite, mais quelques photos illustrant cet cet article vous en donne un aperçu.) Elle vous sera livrée prochainement – ainsi que bien d’autres vidéo.

Bonne lecture, et bon week-end !

dague-transition

IMG_8725

Toi qui aime raconter des histoires, as-tu ressenti une différence entre la création de tes feuilletons audio et celle de ton roman ?

Ce n’est pas la même façon d’écrire. Ce n’est pas le même rythme à imposer. L’un est écrit pour être joué. L’autre pour être lu. Mais là, on ne parle que de la forme. Sur le fond, seul compte le fait de développer une histoire à laquelle on croit. Parce que les gens qui s’y plongeront mérite, à défaut d’être totalement séduit, de voir qu’il y a cette ambition. Même si un auteur passe à côté de son lecteur, s’il essaye au moins de maîtriser son sujet, l’honnêteté de sa démarche se ressent fatalement.


D’ailleurs, est-ce que La Voie de la Colère est le premier roman que tu aies écrit ?

On compte les romans écrits par un ado ? Ou on parle de roman publiable ? Parce que dans le premier cas, non. C’est le troisième, sans parler des feuilletons, pièce de théâtre, scénario… Dans le deuxième cas, c’est le second que j’ose proposer à un éditeur. Le premier est encore en recherche d’éditeur, une histoire jeunesse, le premier tome d’une trilogie, écrit pour ma nièce de 10 ans. Je lui ai offert le manuscrit pour son anniversaire d’ailleurs. Pour les enfants de ma famille, ce sera LEUR trilogie à eux, du coup.

Le Livre et l'Épée #1 : La Voie de la Colère d'Antoine Rouaud
Y avait-il une chose que tu tenais absolument à faire et, au contraire, une autre que tu souhaitais éviter absolument ?

Faire au mieux. Pour être certain de défendre l’Histoire, de dire pourquoi j’avais préféré telle ou telle manière de raconter. Et éviter de céder à la facilité. C’est toujours compliqué d’atteindre ce but.


Le serment des Chevaliers sonne un peut comme un code d’honneur, je me trompe ?

Du tout. Les chevaliers, quel que soit l’univers, sont soumis à un code. Dans l’Histoire, comme dans les histoires. On retrouve cette notion des Templiers aux Samouraïs, en passant par… les chevaliers Jedi ? C’est un outil dramatique le code d’honneur car cela permet à l’auteur d’essayer de le mettre à mal et de placer son personnage face à des dilemmes.

Question à la con, bis : si tu rencontrais Dun-Cadal. Tu aimerais qu’il te dise quoi ?

Allez viens, gamin… prends ton épée, on va faire quelque passes d’armes.

IMG_8706
Je crois savoir que tu as retravaillé le roman… et plus d’une fois ?

C’était un long travail, mais nécessaire. Ce qui est étrange, c’est que sur le fond, ça ne change pas grand-chose. Comme c’est une trilogie, des intrigues peuvent paraître non abouties, il faut être certain que c’est parce qu’elles trouvent leur conclusion dans les deux autres tomes et que ce n’est pas un oubli de ma part. J’ai ajouté deux chapitres pour approfondir un peu l’histoire et certains éléments ont changé, comme la fin. Les grandes lignes n’ont pas du tout changé.

Les grandes lignes n’ont pas du tout changé.


Par rapport à tes premiers moments d’écriture, est-ce que ta relation avec tes personnages a changé, au bout de tout ce temps ?

Non. Dès le début, je connaissais mes personnages, avec leurs faiblesses, leurs atouts. Je pense que la relation pourra changer avec la suite et l’arrivée de certains autres. L’avantage, c’est que je sais déjà comment tout se finira, pourquoi, comment. Du coup, il y a moins d’étonnement pour moi, la relation est déjà posée.

Cela dit, il n’est pas improbable qu’avec l’écriture du tome deux, je me laisse surprendre.


Sans spoiler, que souhaites-tu dire sur les deux autres volumes de la trilogie ? Sais-tu où tu vas ?

J’essaye un maximum de penser à l’histoire dans son ensemble. Je connais mon propos, je sais comment je veux l’amener, je cherche juste à le faire du mieux possible. Je ne vais pas faire un deuxième Voie de la colère, non, il y aura une véritable évolution. Chez les personnages comme dans la structure.

Il y a une idée de « changement » dans la trilogie. Leur société change. Les personnages également.

audiodramax

Mis à part l’écriture du tome 2, as-tu d’autres projets ?

Je dois me remettre à la suite de l’un de mes feuilletons audio sur audiodramax.com car des gens attendent. Et j’ai deux-trois idées de romans également à mettre sur papier. Du post-apo, du moderne, du thriller… voire même de l’horreur. Et j’ai également une histoire de gamins à la Goonies qui me trottent dans la tête depuis un moment, mâtinée d’un univers à la Hellboy.


Question rituelle, pour conclure : comment décrirais-tu ton livre… en seulement trois mots ?

Épique. Émotion. Espoir.

La Voie de la Colère : l’interview d’Antoine Rouaud, partie 1/2

Le premier tome de la trilogie Le Livre et l’Épée sort aujourd’hui. Comme vous le savez, nous fêtons l’événement de bien des façons. Ici, en publiant l’interview qu’Antoine a bien voulu nous accorder, au bout de deux ans de travail… Lire la suite

Haut-Royaume : L’Interview de Pierre Pevel

Si vous avez suivi assidûment notre blog, ces derniers jours, vous êtes désormais tout à fait armés pour lire Le Chevalier, premier volume de la nouvelle série de Pierre. Mais peut-être souhaitez-vous entendre le maestro parler lui-même de sa dernière œuvre ? Lire la suite